Rob Hopkins : l’initiateur des villes en transition

Comment vivre sans pétrole ? Comment organiser nos vies et nos sociétés dans un monde où le précieux liquide noir aurait disparu ? Rob Hopkins et le mouvement des « Villes en Transition » qu’il a initié, tentent de trouver des alternatives durables à travers le monde.

Rob Hopkins est un anglais qui ne se laisse pas aller au pessimisme et à la fatalité. Diplômé d’un master en sciences humaines à l’université de Plymouth, il s’est destiné à la carrière d’enseignant. Il a toujours aimé partager et transmettre les savoirs. Il est aussi très sensible à l’environnement, la pollution, le lien social et le rôle de chacun.

C’est ainsi que conscient des enjeux que représente l’alimentation, il a été l’un des premiers à proposer une formation à la permaculture. Il a donc mis en place au Collège de Kinsale (en Irlande) un cursus en 2 ans pour apprendre la permaculture à des élèves motivés par se nourrir et nourrir les autres en respectant et travaillant avec la Terre.

Mais Rob Hopkins n’en reste pas là et est toujours habité par sa passion du partage et son respect de l’environnement et des autres. Il lance donc en 2006 le mouvement des villes en transition après avoir initié celui de Totnes, une petite ville anglaise. Rob Hopkins explique que chaque ville en transition est différente des autres car elle est faite par les gens qu’ils l’habitent selon et pour leurs besoins.

villesentransition

Le lancement d’une ville en transition débute toujours par une phase de questionnement par un petit groupe qui a envie de faire bouger les choses autour de problématiques écologiques. Ensuite vient la phase informative de sensibilisation de la population au projet retenu. Puis tous les acteurs enthousiastes se mettent au « travail » ensemble et le processus est enclenché.

Aujourd’hui, il y a plus de 200 villes en transition à travers le monde et bien plus qui sont encore dans l’étape de réflexion ! En grande majorité la thématique retenue est la souveraineté alimentaire : comment se nourrir sainement et localement. Cela passe souvent par la mise en place de jardins urbains ou l’installation de maraichers bio. Un autre sujet récurrent est l’énergie avec la mise en place de sources d’énergie renouvelable et des mesures pour réduire ses besoins énergétiques.

Source: Rob Hopkins : l’initiateur des villes en transition

Laisser un commentaire